LA SÉROPRÉVALENCE DE L’HÉPATITE B CHEZ LES PATIENTS INFECTÉS PAR LES VIH SUIVIS AU SERVICE DE DERMATOLOGIE VÉNÉRÉOLOGIE DE L’HÔPITAL NATIONAL DONKA

FB Sako, MM Soumah, FA Traoré, TM Tounkara, M Bammo, BF Diané, H Baldé, AD Camara, M Keita, A Camara, M Cissé

Résumé


Introduction : Les infections par les virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et de l’hépatite B (VHB) constituent un problème majeur de santé publique dans les pays à ressources limitées.

Objectif : L’objectif de cette étude était de décrire l’aspect épidémiologique de la co-infection VIH/VHB au service de Dermatologie Vénéréologie de l’hôpital National Donka.

Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude prospective de type descriptif d’une période de 6 mois allant du 1er novembre 2006 au 30 avril 2007 portant sur les patients infectés par le VIH ayant une antigénémie HBs positive et âgés de plus de 15 ans soumis ou non au traitement antirétroviral, suivis au service de dermatologie/vénérologie de l’Hôpital national Donka.

Résultats : Sur les 120 patients testés, 18 avaient l’antigène HBs positif soit une séroprévalence de 15%. L’âge moyen était de 37,3 ans [24 - 57 ans]. On notait une prédominance féminine à 72,2 % avec un sex ratio de 0,38. La majorité de nos patients étaient infectés par le VIH de type 1 (94,4%) et 77,8% étaient classés au stade III de l’OMS avec 37,5% ayant un taux de CD4 < 200 cellules/mm3.

Conclusion : La co-infection VIH/VHB mérite une prise en charge globale et nécessite un dépistage systématique des sujets VIH+ à la recherche du virus B.


Mots-clés


Co-infection, Donka, VHB, VIH

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.